Un Ordre pour être …aux Ordres ! ! !

Une véritable catastrophe sanitaire est en préparation mais la Ministre ne veut que des personnels et des infirmier(e)s aux ordres !

Les Mauvais Coups pleuvent toujours l’été !

En Juillet dernier alors que la France entière vibrait pour la « Coupe du Monde » et que les hospitaliers peinaient à bénéficier de leurs congés, le gouvernement Macron publiait ce que Bachelot et Touraine avaient initié.

Le Décret 2018-596 du 10 Juillet 2018 imposant l’inscription à l’Ordre National des Infirmiers (ONI) automatique.

Ce gouvernement n’avait pas de temps à perdre ! ! !

Son seul souci : Mettre au pas les hospitaliers, plus précisément les infirmier(e)s en muselant toutes envies de révolte.

Sourde et muette, l’O.N.I a largement prouvé son Inutilité ne sachant que réclamer sa taxe pour pouvoir fonctionner sur le dos des salarié(e)s alors que la profession est de plus en plus en grande souffrance dans les établissements tant privés que publics.

La situation ne fait que se dégrader avec :

  • la perte de la pénibilité,
  • le recul de l’âge de la retraite,
  • la dégradation des conditions de travail qui n’a de cesse de s’intensifier.

Sans oublier le cumul d’heures supplémentaires non récupérées non payées, le rappel sur les repos, le travail en sous-effectif et une charge de travail qui ne fait que grossir.

La cotisation à l’ordre un nouvel impôt.

Bien que les infirmier(e)s soient parmi les plus mal rémunéré(e)s (26ème sur 29 en Europe seules la Lettonie, la Finlande et la Hongrie font pire), il faudra payer pour travailler.

Le Ministère de la Santé et certains responsables de la D.G.O.S préfèrent regarder ailleurs en légalisant un véritable racket sur le dos de l’ensemble des professions paramédicales.

Même si la CGT appelle au Boycott…Ce que dit le Décret 2018-596

Si vous avez été recruté après le 13/07/2018

L’employeur doit fournir à l’O.N.I des listes nominatives, au plus tard le 1er octobre 2018 puis au plus tard au 15 du premier mois de chaque trimestre comportant :

  • Les noms et prénoms du professionnel
  • La dernière adresse personnelle de correspondance détenue par l’établissement.
  • La date et le lieu de naissance.
  • L’intitulé, la date et lieu d’obtention du titre de formation ou de l’autorisation d’exercice
  • L’adresse électronique où le professionnel souhaite être joint (Une adresse professionnelle jamais personnelle)
Si vous avez été recruté avant le 13/07/2018 et que vous n’êtes toujours pas inscrit à l’O.N.I

Vous devez fournir à l’O.N.I par mail ou par courrier papier :

  • 1 photocopie de votre pièce d’identité en cours de validité.
  • 1 copie des titres de formations ou autorisation d’exercice.
  • 1 déclaration sur l’honneur certifiant qu’aucune instance pouvant donner suite à condamnation ou sanction n’est en cours.

Une fois votre dossier transmis à l’O.N.I vous en informez votre employeur.

L’inscription est provisoire pour une durée de 4 mois, si des pièces  manquent l’O.N.I doit vous en informer. A défaut votre inscription prendra fin automatiquement, votre employeur en sera prévenue, et vous serez considère en position « d’exercice illégale de la profession ».

Vous n’avez pas à fournir :

  • le numéro ADELI,
  • le numéro RPPS,
  • vos coordonnées téléphoniques.

Si vous ne possédez pas de mail professionnel, demandez à votre employeur de vous en fournir une adresse. Il n’existe aucune obligation de disposer d’un fournisseur d’accès ou d’une adresse mail personnelle.

 

NI INSCRIPTIONS, NI COTISATIONS

La CGT continue à s’opposer aux ordres professionnels, inutiles et inefficaces, nous revendiquons l’abrogation du décret ! ! !

logo horizontal

 

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *